Les 10 mots similaires ou synonymes de attendais

aimais    0.740976

croyais    0.739258

connaissais    0.715162

savais    0.714048

chantais    0.711702

attends    0.709288

constatai    0.708126

dirais    0.706023

ressens    0.705785

reconnais    0.701313

Les 30 mots analogues ou les synonymes de attendais

Article Example
Cinq martyrs du lycée Buffon Je ne sais si tu t'attendais à me revoir, je m'y attendais.
Les Mystères d'Inner Sanctum Harvey Kurtzman et Will Elder firent la satire de la série dans le cinquième numéro de Mad (Juin-Juillet 1953) avec "Outer Sanctum!". Dans l'éditorial au lecteur, le présentateur Ramon salue le lecteur: «Entrez, je vous attendais ! Je vous attendais pour que vous répariez ma porte qui grince... Quoi? ... Vous dites que vous n'êtes pas le menuisier ? ... Vous venez écouter une histoire? ... Très bien! »
Liberté sexuelle et anarchisme En 1955, il publie "Kinsey et la sexualité", ouvrage où il détaille l'oppression spécifique subie en France par les homosexuels : « Les plus sévères [critiques] émanent de milieux marxistes qui ont tendance à gravement sous-estimer la variété d’oppression de l’homme par l’homme qu’est le terrorisme antisexuel. Je m’y attendais d’ailleurs et je savais, en publiant mon livre, que je m’exposais au risque de me mettre à dos ceux desquels je me sens le plus proche sur le plan politique ».
Daniel Guérin En 1955, il publie "Kinsey et la sexualité", ouvrage où il détaille l'oppression spécifique subie en France par les homosexuels : « Les plus sévères [critiques] émanent de milieux marxistes qui ont tendance à gravement sous-estimer la variété d’oppression de l’homme par l’homme qu’est le terrorisme antisexuel. Je m’y attendais d’ailleurs et je savais, en publiant mon livre, que je m’exposais au risque de me mettre à dos ceux desquels je me sens le plus proche sur le plan politique ».
Jalesches « Que vous avez tardé ! dit-elle. Que je vous attendais avec impatience ! Hier, j’ai eu la visite d’un traître qui voulait me ravir l’honneur ; mais au moment où cet homme discourtois, qui se prétendait chevalier, me menaçait de sa violence, j’ai fait m’a prière à Notre-Dame, et j’ai cru la voir elle-même venir à moi, qui me disait : « Dormez en paix. » Je me suis endormie et je m’éveille.
Saison 2013-2014 du FC Nantes Dès le lendemain, le 13 février 2014, l'avocat du FC Nantes, Maître Klatovsky, annonce porter l'affaire devant le tribunal administratif. Interrogé sur Radio Côte d'amour, il déclare : ""Si on relie la décision du CNOSF, on la relie bien, on voit qu'ils ne remette pas en cause vraiment notre analyse technique, ils disent simplement qu'il y a des considérations qui font que... Mais bon, ce n'est pas du juridique ça. Des considérations sportives, dans un tribunal administratif ça ne tiendra pas la route, donc voilà, je ne suis pas plus inquiet que cela, la décision de la LFP je m'y attendais.""
Orson Welles De février à août 1942, Welles parcourt le Brésil en quête d'images pour deux épisodes : ' (l'histoire de la samba) et ' (quatre pécheurs brésiliens sur un radeau). On peut supposer aussi qu'une telle distance permit à la RKO d'en profiter : « J'étais en Amérique du Sud et attendais les rushes de "Voyage au pays de la peur" ; c'est alors qu'un galopin de la RKO, ayant reçu l'approbation bienveillante d'un couple de vice-présidents et des censeurs du studio, se permit de monter le film. Le résultat fut heureusement présenté par une nuit noire, alors que personne ne regardait. » dit plus tard Welles. Les raisons pour lesquelles "" reste inachevé sont multiples : d'abord la direction de la RKO change, après le départ de Schaefer, c'est Rockefeller qui se retire. Et puis il y a le montage de "La Splendeur des Amberson" qui a rendu furieux Welles. Par la suite, le tournage est annulé et les bobines disparaissent.
Anarchisme queer « Il n'y a pas depuis très longtemps que le fait de se déclarer révolutionnaire et avouer son homosexualité soient incompatibles », écrivait Guérin en 1975. En 1954, Guérin a été largement critiqué pour son étude du rapport Kinsey dans lequel il a détaillé l'oppression des homosexuels en France. « Les [critiques les] plus sévères sont venues de marxistes qui ont tendance à gravement sous-estimer la forme d'oppression du terrorisme anti-sexuel. Je m'y attendais, bien sûr, et je savais que dans la publication de mon livre, je courrais le risque d'être attaqué par ceux envers qui je me sens le plus proche sur le plan politique. » Après son coming out publique en 1965, Guérin a été abandonné par la Gauche, et ses écrits sur la libération sexuelle ont été censurés ou refusés dans les revues de Gauche. À partir des années 1950, Guérin s'est éloigné du Marxisme-léninisme. Il a été impliqué dans le soulèvement de mai 1968 et a fait partie du mouvement de libération homosexuelle qui a émergé après ces événements. Des décennies plus tard, Frédéric Martel décrit Guérin comme le « grand-père du mouvement homosexuel français. »
Tauran (La Guerre éternelle) Les Taurans sont vus pour la première fois par le soldat William Mandella, lors de l'un de ses tours de garde, sur la planète Epsilon. Il les décrit ainsi : « "[Le Tauran] avait deux jambes et deux bras, mais la taille si mince que tu aurais pu l'enserrer dans tes deux mains. Sous la taille, les hanches s'arrondissaient en fer à cheval et faisaient un bon 99 de mensuration. Il en pendait deux jambes longues et décharnées sans articulation apparente au genou. Au-dessus de la taille, son corps se renflait à nouveau en un poitrail aussi imposant que les hanches. Les bras paraissaient étonnamment humains, toutefois sans musculature et trop longs. Trop de doigts sur les mains. Pas d'épaules, pas de cou. La tête : une excroissance cauchemardesque qui semblait avoir poussé comme un goitre sur la poitrine massive. Les deux yeux ressemblaient à des grappes d'œufs de poisson. Un sac de glands en guise de nez et un trou qui pouvait être une bouche qui béait là où tu attendais une pomme d'Adam." »
Roger Touhy Le 16 décembre 1959, 22 jours après sa libération de prison, Roger Touhy et son garde du corps Walter Miller, un ancien enquêteur de la police de Chicago, se font tirer dessus par des tueurs de la pègre. Alors qu'il est environ 22h30, Touhy et son garde du corps sont sur le point de pénétrer dans la maison de la sœur de Touhy, Ethel Alesia, au 125 North Lotus Avenue. Ils montent les marchent vers la maison lorsque deux hommes sortent de l'ombre derrière eux. Touhy et Miller se retournent, et Miller leur montre son badge, affirmant qu'il est officier de police. Les deux hommes sortent alors des fusils de sous leurs pardessus, et tirent cinq fois. Touhy est touché deux fois, une fois dans chaque jambe au-dessus du genou. Miller est touché trois fois, mais parvient à dégainer son révolver et à tirer trois fois vers les tireurs en fuite. Tandis qu'il est emmené à l'hôpital en urgence, Touhy dit à un reporter : « "I've been expecting it. The bastards never forget!" » (« Je m'y attendais. Ces bâtards n'oublient jamais ! »). Miller est emmené au Loretto Hospital, où il finira par récupérer de ses blessures. Touhy est emmené au St. Anne's Hospital, où il vit une heure de plus avant de mourir du choc et de l’hémorragie.